MaDermato.com - Dr Claudine MARQUART-ELBAZ

Les verrues

Les verrues sont un des motifs de consultation les plus fréquents.

Presque chacun d’entre nous en aura un jour ou l’autre.

Aspect

 

Verrue de la main verrue plantaire

 

Les verrues sont des petites lésions en relief un peu rugueuses qui se développent le plus souvent sur les mains, surtout chez les enfants, parfois sur le corps ou le visage. Elles sont de couleur chair ou rose et on voit parfois à leur surface des petits points bruns ou noirs. Elles ne sont en général pas douloureuses. Lorsqu’elles sont situées sur la plante des pieds, les verrues sont plutôt plates et parfois douloureuses lors de la marche.


 

Cause
 

Les verrues sont une « maladie » virale : c’est-à-dire que c’est un virus (le papillomavirus humain ou HPV) qui est à l’origine de leur développement. La famille des papillomavirus est très grande : il en existe plus de 100 ! Ces papillomavirus sont numérotés : les verrues ont un aspect différent et se développent à un endroit différent du corps en fonction de leur numéro. Par exemple le papillomavirus numéro « 1 » (HPV1) donnera plutôt des verrues plates sur la plante des pieds alors que le papillomavirus numéro « 2 » (HPV2) favorisera l’apparition de verrues en relief sur les mains.
 
Les verrues s’attrappent lorsque la peau entre en contact avec le virus HPV,surtout quand elle est abîmée : c’est pourquoi cela arrive plus fréquemment dans les piscines, où ce virus est souvent présent, et où les pieds sont parfois blessés par les aspérités du sol.

 

Prévention

La prévention est difficile. On peut conseiller le port de chaussures adaptées sur les plages des piscines ou la désinfection des pieds après la baignade. Certains magasins spécialisés vendent des « chaussons de natation ». Enfin, lorsqu’on a déjà des verrues, il faut éviter de léser la peau voisine pour éviter leur propagation. En particulier, lorsqu’on a des verrues sur les mains, il faut absolument éviter d’arracher les envies (les petites peaux qu’il y a parfois autour des ongles) car on risque de voir apparaître des verrues tout autour des ongles. A noter que la verrue n’a pas besoin de saigner pour être contagieuse.
 

Automédication
 

La majorité des verrues disparaissent spontanément après quelques années. De plus, il semble que l’effet placebo* des divers traitement soit très important pour la guérison des verrues. C’est pourquoi de nombreux traitements ont donné l’illusion d’être efficaces, en particulier des remèdes de grand-mère comme l’application d’ail ou de bave de limace… Un professeur de dermatologie très réputé se contentait de coller des sparadraps imprimés de têtes de pirates sur les verrues de ses petits patients…avec succès parfois !
 
Les pharmacies proposent en vente libre des dispositifs permettant de brûler les verrues par le froid : cette méthode est douloureuse et pas toujours efficace. On peut aussi trouver des vernis à appliquer sur les verrues, qui sont progressivement ramollies et finissent par se détacher.
 
La consultation chez le dermatologue reste nécessaire, avant tout pour s’assurer du diagnostic : en effet, on peut confondre une verrue avec un durillon, la présence d’un corps étranger, ou plus rarement mais aussi plus dangereusement avec un cancer.

 

La visite chez le dermatologue

Examen

Après avoir déterminé les éventuels facteurs favorisants comme la pratique de la natation, la fréquentation des gymnases, votre profession ou plus rarement une maladie qui diminuerait vos défenses immunitaires, le dermatologue examinera les parties du corps atteintes : a priori, il vérifiera vos 2 pieds même si vous pensez qu’un seul est atteint, etc…
 

Parfois, pour mieux voir la verrue, il grattera sa surface avec une petite curette après l’avoir désinfectée ; ce geste est normalement indolore.

 

Traitement

Le traitement sera différent selon votre âge, le nombre et la localisation des verrues, ainsi que la gêne occasionnée (douleur, préjudice esthétique).   

 

- L’abstention
 

Il faut toujours garder à l’esprit que la verrue est une lésion bénigne qui guérira spontanément. 
De plus, la majorité des traitements sont douloureux ou contraignants et aucun n’est efficace dans 100% des cas. C’est pourquoi une fois le diagnostic certain, le dermatologue peut vous proposer d’attendre la guérison spontanée.

 

- Les kératolytiques

Les kératolytiques sont des produits vendus sous la forme de vernis ou de crème que l’on applique 1x/jour sur les verrues. Il s’agit d’un traitement qui n’est pas douloureux, relativement doux. C’est pourquoi c’est celui que je privilégie toujours pour les verrues des enfants (sauf sur le visage) et pour les verrues plantaires, même chez les adultes. En revanche, il est fastidieux car les verrues peuvent mettre plusieurs semaines à guérir, et rechutent souvent.
 

- La cryothérapie
 

Elle consiste à appliquer quelques secondes sur la verrue de l’azote liquide ou de la neige carbonique qui ont pour effet de congeler la verrue. Le résultat est équivalent à une brûlure : après quelques jours la verrue noircit et se décolle. Il faut souvent répéter l’opération plusieurs fois car soit la verrue ne s’élimine pas complètement, soit elle repousse après avoir disparu.  
Ce traitement est douloureux et peut parfois laisser des cicatrices définitives si la brûlure est trop importante. C’est pourquoi je l’évite en général pour les verrues des plantes des pieds et chez les enfants. C'est le traitement qu'on utilise pour les verrues du visage, mais très prudemment.

 

- Le laser
 

Le laser détruit la lésion en la brûlant. Contrairement aux idées reçues, ce traitement est douloureux et peut laisser des cicatrices ; de plus, la guérison n’est pas garantie. Je le déconseille.

 

- La chirurgie
 

La chirurgie consiste, après une anesthésie locale à exciser la verrue en emportant un peu de la peau saine qui l’entoure. Elle est souvent proposée pour les verrues plantaires très récalcitrantes. Il faut savoir que l’anesthésie de la région plantaire est douloureuse, tout comme les suites opératoires (lorsque la peau se « réveille »). De plus, même avec la chirurgie, la rechute est possible. Ce traitement laisse presque toujours une cicatrice, alors que la verrues finit par guérir toute seule sans laisser de trace.

 

- Les injections de bléomycine
 

La bléomycine est un antibiotique utilisé en général en perfusion pour le traitement de certains cancers. Certains médecins l’injectent dans les verrues, ce qui entraîne leur nécrose après quelques jours. On ressent une douleur brève lors de l’injection mais c’est surtout la marche dans les jours suivants qui peut être pénible. De petits abcès peuvent se former au sein de la verrue et on doit alors les inciser. Je n’utilise pas ce traitement.

 

Conclusion

 

Il faut toujours garder à l’esprit que la verrue est une lésion bénigne qui n’entraînera pas de complications et qui guérira spontanément. Ses seuls inconvénients sont d’être parfois douloureuse (sur les plantes de pied) et d’être inesthétique avec à la clé des moqueries éventuelles entre les enfants. C’est pourquoi il faut dans chaque cas bien réfléchir à la nécessité de traiter ou pas et lorsqu’on traite, toujours discuter avec votre dermatologue du choix du traitement et de ses conséquences.